jeudi 31 décembre 2020

Bonjour à toutes (et à tous pour ces messieurs qui passeraient par là). Je me suis dit qu’un post réservé à mon actualité c’était plutôt sympa et cela permet de justifier mes (petites ou longues) absences de la blogosphère, de donner des petites anecdotes etc… Car, même si je me suis trouvée une véritable passion pour le blogging, j’ai quand même une vie à coté, un conjoint (accessoirement) et ai quelques obligations et occupations diverses et variées….
Ce post permet aussi de parler d’autre chose et d’être plus libre. Il sera donc amené à être souvent modifié et complété. J’attend donc vos petits commentaires avec impatience et n’hésitez pas à faire partager aussi vos petites anecdotes du quotidien et aussi parler (parfois) d'autre chose que de bébé-couches-nuits-pleurs-j'enpeuxplusaidezmoi...



Samedi 10/12 : j’admets avoir abandonné quelques temps le blog car les fêtes arrivent (très, TROP vite), la course au cadeau parfait également et aussi car on a eu beaucoup de monde à la maison (presque tous les week-end depuis novembre en fait…) et je n’ai pas eu (ni pris) le temps, soyons très franches. Donc ce samedi, rendez-vous avec MrPage17 à la RAM (Relai Assistante Maternelle de notre ville) afin d’avoir des infos sur les différents services d’accueil pour notre puce. Verdict : on va devoir prendre une nounou (assistante maternelle pour le terme technique) pour l’avenir. Reste à trouver la perle rare (et ça c’est pas gagné ^^). D’ailleurs je lance un appel, si vous habitez à Montgeron (91) et connaissez une super nounou, on prend (je tente, on ne sait jamais) !
Mercredi 14/12 : il est 00H26 et je suis sur un article rapide suite au rendez-vous de ma puce pour faire une radio des hanches pour le dépistage de la dysplasie de hanche, truc absolument inconnu au bataillon jusqu'à ce que ma pédiatre m'en parle. L'article ici.
20/01 : BONNE ANNEE avec beaucoup de retard... Les fêtes ont été fatigantes, on a fait beaucoup de route sur un minimum de temps...Bébé commence à avoir les gencives qui travaillent et se réveille la nuit...donc j'ai mi 15jours à me remettre et à retrouver un rythme de croisière. Aujourd'hui publication d'un article sur l'allaitement car pour moi l'aventure touche bientôt à sa fin et j'avais donc à coeur de vous faire partager mon expérience et mes émotions à ce sujet. Retrouvez cet article ici.

Avant-propos

"Félicitations pour cet heureux événement, par contre tu vas souffrir". "Accoucher l'été, c'est l'enfer ma pauvre". "Tu peux dire adieu à tes jeans slim ma cocotte". "Profitez-s'en pour dormir et faire la grasse mat', après c'est fini". "Le dernier mois c'est le pire, tu ressembles à une baleine qui se dandine". "Les enfants c'est bien mais adieu vie sociale". "Vous pouvez faire une croix sur vos petits restos en amoureux". "Ta voiture va pas être assez grande". 
Tout ceci vous rappelle quelque chose ? Et bien à moi, oui !

Très honnêtement, quand on annonce aux amis, la famille, les collègues, les voisins etc... que vous attendez un heureux événement, tout le monde est très content pour vous. Puis vient le "mais" ! Ce "mais" suivi d'une petite phrase, parfois assassine qui vous ferai presque penser que vous auriez peut être dû attendre encore un peu, que c'est peut être pas le bon moment pour avoir un enfant...
Les gens sont souvent pleins de bonnes intentions et vous prodiguent moultes conseils. Ma devise : tous les conseils sont bons à prendre, pas forcément à suivre. Car les gens, c'est pas moi !!!

J'ai eu l'idée de créer un blog (c'est une première pour moi depuis mon skyblog insipide de mes 14ans...) afin de partager mon expérience de future puis mère d'une petite princesse née le 21 juillet 2016. De parler de mode, même enceinte, d'astuces et bons plans pour faire des économies, d'alimentation et de pleins d'autres choses encore.



Le but de ce blog : vous prouvez que l'on peut être mère ET femme en même temps.
Se faciliter la vie avec bébé car Papa n'est pas toujours là (et on ne lui en veut pas ;) ) 
Car après tout, avant d'être mère, on est une femme et ça, il ne faudrait pas l'oublier.

FUCKING MOTHER
ÊTRE UNE P*TIN DE MÈRE

YES WE CAN !

mercredi 30 décembre 2020

Moi, lui, nous : présentation


Tout d'abord, parlons de moi. Je m'appelle Fanny et j'ai 28 printemps. Avant d'attendre bébé, j'étais secrétaire médicale téléphonique. Après bébé, j'ai décidé de quitter mon emploi afin de changer d'orientation professionnelle. J'ai mûrit cette idée pendant ma grossesse et me suis dit que c'était le moment d'en profiter.
Lui, MrPage17 (vous saurez pourquoi un peu plus bas) a le même âge. Il travaille dans le monde du sport.
Nous nous sommes rencontré sur un site de rencontre (Bad** pour ne pas faire de publicité...) il y a 5ans et j'ai dû aller jusqu'à la page 17 pour le trouver (d'où le surnom...). Après un 1er rencard raté (on a fini au Macdo' après être arrivés trop tard du resto) et un 2ème rencard plus "pro" en mode resto-ciné-bisous, nous voilà "en couple" sur nos Facebook respectifs. Après un chien (prénommé Hitch, petit jack russel expert en séduction, prénom qui a toute une histoire lui aussi), un déménagement à 400km de mes parents pour la région parisienne (en fait, il cherchait à les fuir peut être ???) et un PACS, nous décidons de passer à la prochaine étape : le baby ! Deux mois de hophophop intensif et voilà, Mr Clearblue me fait un jolie sourire, le test est positif :) Une nouvelle vie nous attend et nous sommes les plus heureux du monde :) Notre princesse, que nous avons appelé Olivia, pointera le bout de son nez avec un peu d'avance le 21 juillet 2016 (une Cancer, comme sa maman, les meilleurrrrrrs).



vendredi 20 janvier 2017

Allaiter ou non. That's the question !

Cela reste un choix très personnel, ne vous sentez pas obligée si vous ne le voulez pas ou si vous ne  y sentez pas prête. Alors je mets tout de suite les choses au clair avant que les pro-allaitement ne se mettent à crier haro sur le baudet, oui l’allaitement est l’alimentation idéale pour bébé jusqu’à ses 6mois, on le sait. Seulement, par choix ou par obligation (impossibilité d’allaiter, chirurgie esthétique de la poitrine, douleurs/crevasses lors de la mise au sein ou autre motif), donner le biberon n’est pas un crime ! Le lait infantile et les laboratoires pharmaceutiques font tout pour se rapprocher au maximum du lait maternel dans ses bienfaits, ses composants etc… Personnellement, je n’ai jamais entendu de scandales sanitaires concernant le lait infantile. Bien sur, il faut trouver le bon lait adapté et ce n’est pas toujours facile au départ (lait hypoallergénique, facile à digérer etc…on y perdrai son latin parfois). N’hésitez pas à demander à votre pédiatre, il saura vous conseiller.

J’aimerai maintenant vous parler de mon cheminement qui m’a amené à l’allaiter ma fille qui va bientôt sur ses `6mois.

Me voila donc enceinte, test positif. Bon, une fois les pérégrinations autour du prénom écartés, il se pose la question d’allaiter ou non. Avant d’être enceinte, je disais tout haut : moi allaiter, non jamais. On se retrouve avec les seins au niveau du nombril, ça fait mal, on ressemble à une vache laitière, on dit adieu à sa vie sociale... bref les gros clichés du genre...
J’ai suivi les cours de préparation à l’accouchement, notamment celui sur l’allaitement. Ca n’a pas été une franche réussite… Honnêtement, je pense que le feeling entre la sage femme et moi n’est pas passé et j’ai trouvé son argumentaire très (trop) pro-allaitement (en même temps on est dans un cours sur l’allaitement, certes). Si je résume sa philosophie lorsque je me suis renseignée sur le fait de tirer son lait pour que le papa puisse donner à manger aussi, elle m’a rétorqué que le papa n’a qu’à donner le bain et changer le bébé si il veut participer…OK ! Fin de la discussion, je me referme comme une huître et attend la fin du cours. Monsieur, qui m’accompagnait, était ravit… En rentrant, je me suis penchée sur le sujet en allant sur le net. On trouve de tout, du n’importe quoi aussi… J’ai passé beaucoup de temps sur le site de La Leche League . On y retrouve des articles (scientifiques ou issus de magazines un minimum sérieux) sur l’allaitement, comment tirer son lait et le conserver, travailler et allaiter, la législation autour de ce sujet etc... C’est un site très documenté. Bref toutes les réponses (ou presque) que je cherchais y sont. Bien sur, on peut aussi parler avec les autres mamans qui ont allaité et écouter leur expérience, leur vécu. Alors je précise : celles de mon âge ou de ma génération car même si on adore nos mamans et nos grands-mère, on ne vit pas à la même époque, le rythme de nos vie n'est pas le même et les méthodes modernes sont là pour nous faciliter la vie. On est au XXIème siècle, on est pas obligée de faire comme il y a 50ans… Quand j'écoute ma grand-mère, elle me fait parfois peur...
Donc, après avoir fait mes petites recherches, j’ai appris que l’on pouvait donner le sein seulement à la naissance :  on appelle ça la tétée d’accueil. Cela permet au bébé de faire le plein d’anti-corps grâce à ce 1er lait qu’on appelle colostrum (d’un aspect jaune et plutôt épais, genre mayonnaise). Ce lait durera environ 48h avant de changer d’aspect et devenir le lait plus « normal », d'aspect plus "laiteux" qu’on connait par la suite. J’ai également appris que l’on pouvait donner le sein aussi longtemps qu’on veut : 1 semaine, 1mois, 6mois. On peut également opter pour l’allaitement mixte, c’est à dire donner le sein et le biberon en même temps. Renseignez-vous auprès de votre maternité, posez toutes les questions que vous voulez. Prenez aussi le temps de faire vos propres recherches et vous faire votre propre avis.
Suite à mon accouchement, après quelques minutes (enfin une petite heure en fait), j’ai demandé à mettre ma fille au sein. La sage femme m’a installé et a installé ma fille. Elle savait instinctivement ce qui l’attendait. Elle a posé sa petite bouche en coeur sur mon sein et elle s’est mise à téter. Sensation TRES étrange mais sans douleurs, juste « bizarre ». Ma décision fut alors définitive, j’allais allaiter ma fille. Voir son visage serein et plein de contentement quand elle est repue, c’est une des plus belles choses que j'ai pu voir.

La tétée d'accueil

Le lendemain de l’accouchement, tout va bien. J'ai encore du mal à prendre la fille dans les bras pour lui donner le sein donc j'opte pour l'allonger le long de mon corps pour la nourrir. Le soir venu, à la tétée avant d’aller dormir, AIE AIE AIE BONJOUR CREVASSES !!! Honnêtement, ça fait mal mais je suis pas trop chochotte (ou presque pas…). Comme dans mon post sur le trousseau, on m’avait demandé d’acheter une crème pour les mamelons : Lansinoh HPA Lanoline. C’est une crème plutôt grasse, transparente. Je m’en suis mise après chaque tétée en couche plutôt généreuse et quand bébé avait faim, j’essuyais le trop plein (même si le produit n'est pas dangereux). 24h de traitement et hop, plus rien ! Magique ! Ces 24h ont été moyennement sympa quand il fallait la mettre au sein mais j'ai tenu le coup, il m'a fallu persister un peu, tout simplement. Les crevasses ne sont jamais revenues, même quand elle tétouille et s’amuse à tourner la tête dans tous les sens avec mon téton dans la bouche… Pour les crevasses, autre méthode qui semble efficace d'après les avis mais que je n'ai pas tester : celle de tirer un peu de son propre lait et en badigeonner le mamelon.
Ensuite, la fameuse montée de lait. Je l’ai eu en rentrant chez moi, 4jours après avoir accouché. HORRIBLE !! J’avais 2 pastèques bien mûres avec une carte du métro parisien en filigrane avec mes vaisseaux sanguins. J’ai envoyé à 20h mon conjoint en mission aller acheter un tire-lait, le premier qu'il trouverait, pour me soulager. Il y avait tellement de pression que bébé s’étouffait avec le débit trop important de mon lait qui sortait. Une fois que je me suis « purgée », j'ai jeté le lait et ensuite ça allait beaucoup mieux.

Au quotidien, je tire mon lait de temps en temps et ai constitué un petit stock dans mon congélateur pour quand on sors ou si je dois m’absenter (aller chez le coiffeur, au sport, au spa m’octroyer un moment de détente, une virée shopping…) et quand j’en ai pas, j’ai un foulard dans mon sac. Si je dois allaiter en public, je me trouve un petit coin (genre un canapé à Ikea ou un banc dans un centre commercial -pas question de m’enfermer aux toilettes, vive l’hygiène) et je mets le foulard par dessus bébé et mon sein et hop ni vu ni connu. Allaiter c’est naturel mais c’est pas pour autant qu’on doit sortir son robert devant tout le monde…un peu de respect pour soi et aussi pour les gens qui passent (même si je sais que certains hommes n’en seraient pas offusqués…). Si vous reprenez le travail et désirez continuer à allaiter, il existe des marques de puériculture qui vendent des sacs à dos avec un tire-lait (électrique) et une poche isotherme intégrée pour conserver votre lait pour le transport. A vous de trouver le temps et le lieu adéquat pour tirer votre lait au bureau.
Il m’a fallu également m’habituer à dormir avec un soutien-gorge la nuit. J’ai pris un soutien-gorge d'allaitement sans armatures pour dormir, très moche, un peu trop grand mais confortable. Pour le jour, n’ayant pas un bonnet D…je n’ai pas réussi à trouver un soutif à ma taille…ou alors il fallait mettre 80€ sur internet avec le risque que ça n’irait pas en arrivant chez moi. J’ai donc opté pour un plan B. Je me suis achetée des soutien-gorge à bretelles amovibles. Je glisse un coussinet d’allaitement dans le bonnet et c’est parfait. Moindre coût et que je peux réutiliser après l’allaitement. Je n’ai jamais acheté non plus de vêtements d’allaitement, j’ai repris mes vêtements du quotidien après l'accouchement. Les vêtements d'allaitement sont souvent informes et trop cher pour le temps qu’on les utilisera…
Ma fille approche aujourdh'ui les 6mois. On a commencé la diversification avec les purées le midi. Je pense qu’on va bientôt passer en allaitement mixte et inclure du lait infantile en remplacement de certaines tétées. J’en aurais bien profité mais je ne veux pas allaiter jusqu’à ce qu’elle réussisse à marcher toute seule. Personnellement je trouve ça plutôt « dérangeant » passé un certain âge du bébé…Ce n’est que mon avis, je ne juge pas, c’est mon ressentit.


Ce sera une belle aventure que j’aurais été contente de faire. Pour celles qui le demande, je vois encore mon nombril. Je pense que, après l’allaitement, mes seins auront dégonflé et risque d’être moins fermes mais n’ayant pas une poitrine opulente au départ, ça ira je pense.
N'oubliez pas, ne cédez pas à la pression sociale ou familiale. Les gens n'ont pas à vous juger si vous n'allaitez pas. Votre enfant n'en grandira pas moins bien pour autant et n'en sera pas moins heureux. Mon petit conseil, si vous hésitez encore le jour J, essayer la tétée d'accueil et éventuellement allaitez le temps que vous serez à la maternité, quitte à faire une alimentation mixte sein/biberon durant ces quelques jours. Cela permettra bébé à faire le plein d'anti-corps et comme vous êtes encore à la maternité, vous êtes à 100% disponible, pas d'entretien de la maison à faire ni rien, alors pourquoi ne pas en profiter ! 

mercredi 14 décembre 2016

Dépistage de la dysplasie de la hanche

Dysplasie de la hanche, quésako ? Pout tout vous dire, je n’en n’avais pas entendu parlé jusqu’à la visite des 4mois chez ma pédiatre qui m’a parlé de faire une radio des hanches de dépistage. 

Comparatif entre hanche normale et luxée

Un peu de science pour commencer : c’est une anomalie congénitale due à un développement anormal de la hanche au cours de la grossesse qui provoque à terme une instabilité. Généralement diagnostiquée à la naissance, il se peut qu’elle ne soit pas repérée assez tôt et expose l’enfant à un risque de séquelles importante une fois à l’âge adulte : douleurs articulaires (articulation déformée et instable), arthrose, boiterie, obligation du port d’une prothèse de hanche complète - bref que du bonheur… Cela concerne 2 naissances sur 1000.
A son stade le plus avancé, qu’on appelle luxation congénitale de la hanche, la tête ronde du fémur sort de son logement, le creux du bassin appelé cotyle.
Seule une radiologie ou une échographie permettent un diagnostique précoce dès les premiers mois de vie (en l’occurence vers 4mois) et assurent une guérison sans séquelles -oufff.

D’où ça vient : la position du bébé dans l’utérus est souvent responsable de la dysplasie de la hanche. Les orthopédistes constatent que les enfants principalement touchés sont les gros bébés (plus de 4kg), les jumeaux avec les hanches repliées en flexion et les bébés restés longtemps en siège. Souvent, une échographie est systématiquement pratiquée.
Egalement, les antécédents familiaux peuvent être en cause et nécessite une vigilance plus particulière. Les filles sont également plus touchés avec 6 cas sur 10.

Je vous mets le lien du site Doctissimo pour celles et ceux qui veulent plus d’informations ici

Un seul conseil, parlez-en à votre pédiatre ou médecin et n’hésitez à demander un examen pour être sûr que tout va bien. Pour ma part, la radio a duré 5min montre en main pour ma puce (bon j’ai attendu 45min après pour avoir le compte-rendu mais c’est pas grave…). Si on peut éviter à nos petits bouts d’avoir des séquelles. Dépistée tôt, la dysplasie se traite bien.


samedi 10 décembre 2016

Le tricot

Pourquoi un article sur le tricot ? Simplement parce que durant ma grossesse, comme j’avais du temps à tuer… je me suis rappelé les petites notions de tricot que ma mère m’avait donné quand j’étais petite. Une espèce de lubie bizarre que j’ai eu et qui n’a jamais abouti à un ouvrage digne de ce nom à cette époque mais j’aimais bien faire comme « les grands ». 
Mes mamies m’ont d’ailleurs généreusement fait des petits gilets, pulls, chaussons, tours de cou pour baby en tricot et franchement J’-A-D-O-R-E. 

Je me suis donc mise à tricoter. Rien d’exceptionnel mais j’ai fait des choses simples. Je me suis donc lancée dans la confection de petits chaussons couleur saumon pour ma puce. L’avantage d’internet c’est que vous trouvez des tutos pour tout et n’importe quoi. J’ai donc regardé sur Youtube et j’ai trouvé plein de videos, pour les débutantes voir les novices comme pour les érudites.
Très honnêtement, ça détend et je trouve ça gratifiant de voir sa puce avec ses petits chaussons en point mousse, certes pas parfait, mais confectionnés avec amour -et beaucoup de temps et de patience et de galère et de « p’tin je sais plus à combien de mailles j’en suis arghhh»- et de mes petites mains.
Actuellement, je me suis lancée dans une petite couverture en jersey pour la poussette (bon ok elle est en stand by actuellement je l’admet) couleur framboise.
Chaussons tricotés par ma mamie

Si comme moi, l’envie vous prend ou tout simplement pour essayer, vous pouvez faire des petites choses toute simple comme des chaussons, un bonnet, une petite écharpe….sur le site de Phildar vous avez pleins d’explications et franchement, c’est pas très cher : 13€ pour des aiguilles à tricoter, des grosses aiguilles pour joindre les éléments du tricot ensemble et une belle pelote de laine. Même si vous abandonnez, vous ne vous serez pas ruinée.

Je vous mettrez le lien pour tricoter les chaussons dès que je remet la main sur la page car c'était super accessible.

vendredi 25 novembre 2016

Faire un shooting photo pendant sa grossesse

Très honnêtement, je déteste être prise en photo…Je ne sais pas sourire, rester naturelle, je me trouve moche, j’aime pas mes dents quand je souris du coup je fais un pseudo cul-de-poule… bref je suis absolument tétanisée 24h avant le jour J. 
Pourtant, c’est moi qui ai lancé l’idée à MrPage17 car je trouve que c’est sympa d’avoir des photos « pros » de sa grossesse. C’est vrai que quand tu regardes sur internet, tu vois des shooting magnifiques et franchement, ça donne envie.
Me voila donc à chercher près de chez moi un photographe sympa et surtout qui prend pas un bras car très sincèrement, il y en a pour tous les prix.
J’ai donc trouvé un photographe dans ma ville qui prend 99€ pour 30min de séance, je me suis dit que ça sera -seulement- 30min de supplice…

Mission 1 : trouver la tenue adéquat. Après 20 essayages, j’ai opté pour une petite robe noire toute simple, avec un chapeau (le shooting a été fait en mai) et des escarpins (j’ai eu la chance de rentrer dans mes stilletos jusqu’à mon accouchement et aussi après). MrPage17, un pantalon imitation motif tweed bleu avec une chemise blanche et des chaussures camel. 
Mission 2 : s’entraîner à faire des poses « naturelles » et belles pour le jour J. Le miroir de ma salle de bain a eu la gentillesse de ne pas se foutre de moi...
Mission 3 : ne pas annuler le rendez-vous par simple peur. Heureusement, MrPage17 m’a soutenu et je savais qu’il saurait gérer mon appréhension le jour J avec ses blagues et autres facéties.


Le jour J est là. Pas de chance, il pleuvote quand on arrive au studio, donc pas de photos en extérieure en prévision. On commence par moi, je suis presque tremblante, limite à avoir des bouffées de chaleur et blanche comme un linge -déjà que j’ai le teint clair alors là… Le photographe sent mon appréhension et essaie de me décoincer mais rien n’y fait, j’ai vraiment du mal. Les prises s’enchaînent puis MrPage17 me rejoint pour les photos à 2. Je commence à me détendre. Puis, le soleil fait son apparition dehors et le photographe propose de continuer dans le parc près de la mairie à 800m. Euh….me balader en mini robe enceinte de 7mois dans le centre-ville, j’avais pas prévu ça mais bon, ok. Effectivement le soleil est magnifique et je me sens mieux dehors. Les dernières photos sont superbes. 

On a fait dans la sobriété. Pas de photos avec des accessoires, juste un doudou pour une photo, pas de positions bizarres ou acrobatiques, on voulait juste des « belles » photos de nous.
Avec du recul, j’aurais fait d’autres types de photos, avec une autre tenue mais bon j’en suis très contente quand même.Une expérience très stressante mais à faire, vraiment, même pour les handicapés de l’objectif comme moi.

Moi & MrPage17